Unité d'appui à la stabilisation (SSU)

Mise à jour mensuelle des bureaux extérieurs SSU │ décembre 2018 à janvier 2019

monusco

Rôle de l'unité d'appui à la stabilisation

Conformément à la résolution 2409 du Conseil de sécurité (mars 2018), l'unité d'appui à la stabilisation (SSU) est l'unité de la MONUSCO chargée d'assurer la coordination entre le gouvernement de la République démocratique du Congo (GoDRC) , les partenaires internationaux et les agences des Nations Unies. approche ciblée, séquencée et coordonnée en matière de stabilisation, étayée par une analyse actualisée des conflits, par la mise en œuvre de la Stratégie internationale de soutien pour la sécurité et la stabilisation (ISSSS).

SSU et l’équipe gouvernementale qui coordonne le Programme national de stabilisation et de reconstruction (STAREC) forment le Secrétariat technique de l’ISSSS. Ils gèrent conjointement le Fonds pour la cohérence de la stabilisation (SCF), coordonnent des programmes bilatéraux alignés sur l’ISSSS, fournissent des conseils en matière de politique et une analyse actualisée des conflits ainsi que le suivi, l’évaluation et la documentation générales des enseignements tirés de l’ISSSS.

À travers ce bulletin mensuel, SSU fournit des mises à jour régulières sur les efforts de stabilisation dans les provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu, de l'Ituri et du Kasaï.

Points forts du terrain

  • - L'équipe technique du conseil de sécurité rencontre les bureaux extérieurs du SSU au Nord-Kivu, au Sud-Kivu et en Ituri
  • - L'Institut Supérieur de Statistique et de Nouvelles Technologies va commencer une étude de base pour le programme Beni
  • - Améliorations majeures signalées dans la chefferie de Bwito
  • - Incidents liés au FRPI considérablement réduits en prévision du regroupement préalable

L'équipe technique du conseil de sécurité rencontre les bureaux extérieurs du SSU au Nord-Kivu, au Sud-Kivu et en Ituri

Les 29 et 30 janvier, SSU a participé aux visites sur le terrain des équipes techniques du Conseil de sécurité (Afrique du Sud, Allemagne, Belgique, France, Pologne et Royaume-Uni) dans le Nord-Kivu, le Sud-Kivu et l'Ituri en vue du renouvellement du mandat de la MONUSCO. . Ces visites ont permis à la délégation d'obtenir des informations de première main sur la mise en œuvre du programme ISSSS et SCF auprès des autorités locales, du STAREC, des partenaires de mise en œuvre SCF, des bénéficiaires de l'ISSSS et des équipes provinciales SSU. La délégation a également rencontré le chef d'équipe du SSU pour discuter de la situation actuelle en matière de stabilisation en RDC, en mettant l'accent sur les défis et les engagements politiques.

monusco

L'Institut Supérieur de Statistique et de Nouvelles Technologies va commencer une étude de base pour le programme Beni

L’ Institut Supérieur de Statistique et de Nouvelles Technologies (ISSNT), l’institut de statistique local chargé par le consortium Ensemble pour Beni de mener à bien ses travaux de base, a travaillé avec l’OIM et le Secrétariat technique de l’ISSSS sur la méthodologie d’étude de base du programme Beni en janvier avant de déployer son équipe le 30 janvier. En outre, MONUSCO CAS a participé à la sélection des 40 villages où plus de 1 000 ménages seront interrogés sur la base des informations fournies par Affaires civiles concernant l'accessibilité sur le terrain. Le Secrétariat technique de l'ISSSS a souligné l'importance de recruter des femmes parmi les enquêteurs afin de respecter la politique de genre du projet et de favoriser la confiance des femmes interrogées.

Améliorations majeures signalées dans la chefferie de Bwito

Lors de la dernière mission de suivi à Bwito (zone prioritaire de Kitshanga, Nord-Kivu), les communautés ont souligné les améliorations majeures apportées en matière de sécurité, de cohésion sociale, de résolution des conflits et de prise en compte du genre, à la suite de la programmation de l'ISSSS. La population de Bwito a fait remarquer que plusieurs axes routiers sont désormais accessibles et que le nombre de personnes déplacées internes a considérablement diminué grâce aux efforts de sensibilisation, au déploiement des FARDC et à l'amélioration de la situation en matière de sécurité qui a suivi.

La programmation de Bwito a ciblé ses activités sur l'amélioration de la cohésion sociale entre les communautés hunde, nande, hutu, tutsie et nyanga. Des témoignages ont montré que, dans des villages précédemment affectés par des tensions sociales telles que Bwalanda et Nyanzale, les relations entre communautés se sont améliorées. À Bambo, à la suite d’un atelier, Hundes et Nandes ont pu pour la première fois partager un repas avec la communauté hutu.

Grâce à la programmation du dialogue démocratique, la résolution des conflits a été remarquable dans des villes comme Kizimba, où sur 70 conflits enregistrés par la structure de dialogue local (NPRC), 40 ont été résolus (72%); la structure a également travaillé sur une base ad hoc pour prévenir l'escalade de la violence, comme ils l'ont décrit dans le cas d'une intervention pour la libération de prisonniers civils détenus illégalement.

monusco

À la suite du plaidoyer entrepris par les partenaires de l’ISSSS dans la chefferie de Bwito, des résultats importants ont été obtenus en ce qui concerne les droits des femmes, en particulier le droit d’hériter et les normes juridiques en faveur de l’autonomisation des femmes; Les interlocutrices de Kikuku ont évoqué des améliorations liées à un changement de mentalité et à une meilleure compréhension de la loi par le grand public. Dans le cadre de la programmation de l'ISSSS à Bwito, les femmes ont reçu une formation dans un large éventail de disciplines, y compris la résolution des conflits fonciers et la compréhension de l'éducation en tant que droit. Dans le cadre de leur fonctionnement jusqu'à présent lié à la programmation de l'ISSSS, par l'intermédiaire du Bureau central des associations féminines (BCAF), 40 conflits ont été dénombrés et 19 résolus. En raison du vif intérêt manifesté par les femmes non ciblées directement comme médiateurs dans la programmation, BCAF a également pris le initiative visant à reproduire la formation, qui est donnée par des pairs à travers leurs différentes antennes d'association.

Incidents liés au FRPI considérablement réduits en prévision du regroupement préalable

Le 20 décembre, un GoRDC a dirigé une mission composée de représentants des autorités locales et provinciales, du STAREC, de la coordination avec la société civile, de l'ACIAR (partenaire d'exécution du dialogue démocratique de l'ISSSS en Ituri) et de la MONUSCO à Kamatsi afin de rencontrer le FRPI pour examiner et signer les dispositions pratiques du -le regroupement dans le but de réduire les cas de violation des droits de l'homme perpétrés par les FRPI à Irumu Sud jusqu'au 20 mars, date à laquelle le cessez-le-feu entre le FRPI et le GoDRC doit être signé.

Un mois plus tard, le 22 janvier, une délégation GoDRC de Kinshasa, accompagnée de représentants des autorités provinciales, des équipes du STAREC et de l'ACIAR, a rencontré tous les dirigeants du FRPI à Geti, avec la participation des responsables communautaires de Walendu Bindi et de la MONUSCO en tant qu'observateurs. Ce fut la première apparition publique de tous les acteurs concernant le processus FRPI. La réunion a fixé une date officielle pour le début du pré-regroupement.

communauté ont reconnu que le processus se déroulait sans heurts et avaient un effet positif au sein de la chefferie des Walendu Bindi. Ils ont également constaté la diminution du nombre d'exactions des FRPI et du retour de la paix dans leur collectivité, compte tenu des bonnes relations et de la confiance entre les FARDC, les éléments des FRPI et la population locale. Le nombre d'incidents liés aux FRPI signalés par MONSUCO en janvier était trois fois moins élevé qu'en décembre.

monusco